MIR/10 –  MARCHE DE PIERRE SUR LES EAUX (dessin et commentaire)

Récit (Mt 14, 22-33)

Aussitôt Jésus obligea ses disciples à monter dans la barque et à le précéder sur l’autre rive, pendant qu’il renverrait les foules. Quand il les eut renvoyées, il se rendit dans la montagne, à l’écart, pour prier. Le soir venu, il était là, seul.

La barque était déjà à une bonne distance de la terre, elle était battue par les vagues, car le vent était contraire. Vers la fin de la nuit, Jésus vint vers eux en marchant sur la mer. En le voyant marcher sur la mer, les disciples furent bouleversés. Ils disaient : « C’est un fantôme », et la peur leur fit pousser des cris. Mais aussitôt Jésus leur parla : « Confiance ! c’est moi ; n’ayez pas peur ! »

Pierre prit alors la parole : « Seigneur, si c’est bien toi, ordonne-moi de venir vers toi sur l’eau. » Jésus lui dit : « Viens ! » Pierre descendit de la barque et marcha sur les eaux pour aller vers Jésus. Mais, voyant qu’il y avait du vent, il eut peur ; et, comme il commençait à enfoncer, il cria :
« Seigneur, sauve-moi ! » Aussitôt Jésus étendit la main, le saisit et lui dit : « Homme de peu de foi, pourquoi as-tu douté ? »

Et quand ils furent montés dans la barque, le vent tomba. Alors ceux qui étaient dans la barque se prosternèrent devant lui, et ils lui dirent : « Vraiment, tu es le Fils de Dieu ! »


Faire remarquer sur le dessin…

Tout en haut, au fond du dessin, la lune et quelques étoiles au-dessus d’une montagne montrent que c’est la nuit.

Au premier plan, les apôtres, dans la barque, sont en difficulté à cause d’un grand vent (grands traits dans le ciel, cheveux ‘’balayés’’ tous dans le même sens) et d’une mer très agitée (grosses vagues).

Le début de l’histoire n’’étant pas représenté sur le dessin, le raconter en suivant le texte de l’évangile, puis reprendre le dessin pour la fin de l’histoire, au premier plan :

Pierre commence à s’enfoncer dans l’eau… Il appelle Jésus au secours, Jésus le rattrape par la main

Et quand ils furent montés dans la barque, le vent tomba. Alors ceux qui étaient dans la barque se prosternèrent devant lui, et ils lui dirent : « Vraiment, tu es le Fils de Dieu ! »


Vérités à transmettre

– Il n’est pas dans la nature de l’homme de pouvoir marcher sur l’eau. Cela ne s’est jamais vu. Le fait que Jésus ait pu le faire est un miracle : il dépasse la nature humaine, Il est homme et Il est Dieu.

– Aussitôt remonté dans la barque, le vent tomba. Cette puissance sur les éléments naturels (le vent, la tempête) est un autre signe de sa divinité. Ce qui fait dire aux apôtres : Vraiment, tu es le Fils de Dieu !

Homme de peu de foi, pourquoi as-tu douté ? Ce reproche de Jésus à Pierre peut aussi s’adresser à nous chaque fois que nous manquons de foi en Lui. Il veut que nous ayons foi en Lui en toutes circonstances : puisqu’Il est Dieu, Tout-Puissant, pourquoi nous inquiéter ? Confions-Lui tous nos soucis, nos difficultés, dans la plus grande confiance. Mais occupons-nous de le contempler et de lui rendre gloire.

Attitudes d’âme à faire partager

Foi, confiance, abandon : tant que Pierre a regardé Jésus sans se préoccuper du vent ou des vagues, il ne s’est pas enfoncé. Quelle bonne leçon pour nous lorsque nous traversons des difficultés, des « tempêtes » dans notre vie : gardons avec confiance notre regard fixé sur notre Sauveur.


Pour prier :

Faites-vous tout petits sous la main puissante de Dieu, pour qu’Il vous élève en temps voulu.
Déchargez-vous sur Lui de tous vos soucis, car Lui-même prend soin de vous. (1 P 5, 6-7)