MIR/06 – LA FILLE DE JAÏRE (dessin et commentaire)

Récit (saint Marc 5, 22-24… 35-42)

… Jésus était au bord du lac. Arrive un chef de synagogue, nommé Jaïre. Voyant Jésus, il tombe à ses pieds et le supplie instamment : « Ma petite fille est à toute extrémité. Viens lui imposer les mains pour qu’elle soit sauvée et qu’elle vive. » Jésus partit avec lui, et la foule qui le suivait était si nombreuse qu’elle l’écrasait…

(ici se situe le miracle de la guérison de la femme qui perdait son sang)

… Des gens arrivent de la maison de Jaïre pour annoncer à celui-ci : « Ta fille vient de mourir. A quoi bon déranger encore le Maître ? » Jésus, surprenant ces mots, dit au chef de la synagogue : « Ne crains pas, crois seulement. »


Il ne laissa personne l’accompagner, sinon Pierre, Jacques, et Jean son frère. Ils arrivent à la maison du chef de synagogue. Jésus voit l’agitation, et des gens qui pleurent et poussent de grands cris. Il entre et leur dit : « Pourquoi cette agitation et ces pleurs ? L’enfant n’est pas morte : elle dort. »

Mais on se moquait de lui. Alors il met tout le monde dehors, prend avec lui le père et la mère de l’enfant, et ceux qui l’accompagnent.
Puis il pénètre là où reposait la jeune fille. Il saisit la main de l’enfant, et lui dit : « Talitha koum », ce qui signifie : « Jeune fille, je te le dis, lève-toi ! »Aussitôt la jeune fille se leva et se mit à marcher ; elle avait douze ans. Ils en furent complètement bouleversés.
Mais Jésus leur recommanda avec insistance que personne ne le sache ; puis il leur dit de la faire manger.

Faire remarquer sur le dessin…

En haut à gauche : Jaïre tombe aux pieds de Jésus : il le supplie de venir guérir sa fille. Jésus le regarde avec compréhension et bonté.

Dans le médaillon à droite, la petite fille est en train de mourir : sa maman est effondrée.

En bas, Jésus se penche sur l’enfant, la prend par la main et lui redonne vie : Il la ressuscite ! Voyez comme elle regarde Jésus ! Derrière eux, au fond de la pièce, les parents sont très impressionnés.


Vérités à transmettre

Ne crains pas, crois seulement. Ce que Jésus attend de chacun de ceux qui lui font une demande, c’est d’avoir foi en Lui : Le reconnaître comme Dieu, tout-puissant, avec la certitude confiante que tout Lui est possible, même de rendre la vie à une personne qui vient de mourir.
Cette foi est la condition première pour obtenir de Jésus un miracle.

– Cette foi s’accompagne nécessairement d’un très grand respect et d’une attitude d’adoration : c’est l’attitude de Jaïre qui tombe à ses pieds avant de présenter sa demande.

– Jésus est le Maître de la vie. Il a rendu à la fille de Jaïre la vie du corps, mais nous, nous avons tous besoin de Lui pour la vie de notre âme : Il nous fait naître à la vie de la grâce par le baptême, Il nous guérit de nos péchés par le sacrement du pardon, et Il se fait Lui-même la nourriture de notre âme dans l’Eucharistie

Attitudes d’âme à faire partager

Notre foi en Dieu doit s’exprimer d’abord par l’adoration. Avant de Lui présenter une demande, toujours commencer par un acte d’adoration : Jaïre nous en donne un bel exemple.

Et après avoir reçu de Dieu un bienfait, ne pas oublier de Le remercier, lui rendre grâces. En particulier, après une confession ou une communion, penser à bien faire son action de grâces.


Pour prier

Je mets aujourd’hui devant toi ou bien la vie et le bonheur, ou bien la mort et le malheur.
Si tu aimes le Seigneur ton Dieu, si tu marches dans ses chemins… tu vivras et te multiplieras ;
Mais si tu détournes ton cœur et n’écoutes pas le Seigneur,… certainement vous mourrez…
Choisis donc la vie, afin que tu vives, toi et ta descendance, en aimant le Seigneur ton Dieu.
(Dt 30, 15 – 20)