PAR/09 – PARABOLE DE LA VIGNE ET DES SARMENTS (dessin et commentaire)

Lecture de l’Évangile : Jn 15, 1-8

 

 

 

 

 

Que voyons-nous sur le dessin ?

Savez-vous ce que c’est qu’une vigne ? c’est la plante qui produit les ?… raisins.
Elle se compose d’une série de pieds, qu’on appelle des « ceps », bien alignés dans un champ. Sur ces ceps sont attachés les sarments, les branches sur lesquelles poussent les grappes de raisin. (Ici, nous ne voyons qu’un seul de ces ceps).

A la fin de l’été, les raisins sont mûrs, on vient les cueillir : c’est le temps des vendanges.
C’est cela que fait le vigneron : il cueille les grappes et les met dans un grand panier.

Mais à côté du panier, que voyons-nous ? Un feu où brûlent des brindilles : ce sont les sarments qui n’ont pas produit de fruit, qui sont donc inutiles. Alors le vigneron les coupe et les brûle.

Explication de la parabole

Avez-vous remarqué ce qui est écrit sur le cep de la vigne ? « Jésus ».
Lui-même va nous expliquer cette parabole : avant de l’écouter, faisons un instant de silence en demandant à l’Esprit Saint de bien nous faire comprendre ce que Jésus veut nous dire :

Je suis la vraie Vigne, et mon Père est le vigneron.
Tout sarment qui est en moi, mais qui ne porte pas de fruit, mon Père l’enlève ;
tout sarment qui donne du fruit, il le nettoie, pour qu’il en donne davantage. (…) (v. 1-2)

(…Le nettoyer : après le temps des vendanges, pendant l’hiver, le vigneron va tailler les sarments, les raccourcir ; ainsi, au printemps, ils repoussent plus vigoureux et donnent davantage de raisin).

Demeurez en Moi, comme Moi en vous.
De même que le sarment ne peut pas porter du fruit par lui-même s’il ne demeure pas sur la vigne, de même vous non plus, si vous ne demeurez pas en Moi. (v. 4)

Moi, je suis la vigne, et vous, les sarments. Celui qui demeure en Moi et en qui je demeure, celui-là donne beaucoup de fruit, car, hors de Moi, vous ne pouvez rien faire. (v.5)

(Quand Jésus nous demande de « porter du fruit », qu’est-ce que cela veut dire ? …
Cela représente toutes nos bonnes actions, que nous ne pouvons faire qu’avec l’aide de Jésus).

Si quelqu’un ne demeure pas en Moi, il est comme un sarment qu’on a jeté dehors, et qui se dessèche. Les sarments secs, on les ramasse, on les jette au feu, et ils brûlent. (v. 6)

Si vous demeurez en moi, et que mes paroles demeurent en vous, demandez tout ce que vous voudrez, et vous l’obtiendrez.
Ce qui fait la gloire de mon Père, c’est que vous donniez beaucoup de fruit : ainsi, vous serez pour moi des disciples. (v. 7-8)

Leçons de cette parabole

Celui qui demeure en Moi et en qui je demeure, celui-là donne beaucoup de fruit, car, hors de Moi, vous ne pouvez rien faire. (v.5)

Importance de « demeurer en Jésus », de Lui être uni : par la prière, par la confession (pour se purifier de nos péchés) et surtout en Le recevant dans la sainte Eucharistie.

C’est seulement avec Jésus, si nous Lui sommes unis, que nous pouvons porter du fruit.

Ce qui fait la gloire de mon Père, c’est que vous donniez beaucoup de fruit. (v.8)
– Pensons aussi que si nous ne sommes pas unis à Jésus, nous ne pouvons pas donner de fruit : nous sommes juste bons qu’à être coupés et jetés au feu (v.6) : image de l’enfer où iront tous ceux qui ont refusé d’aimer Dieu et de Le servir.

Importance de la prière de demande :

Si vous demeurez en moi,…demandez tout ce que vous voudrez, et vous l’obtiendrez. (v.7)