22 – LA SAINTE FAMILLE, MODÈLE POUR NOS ENFANTS (spiritualité)

À l’occasion de la fête de la Sainte Famille,
conseils toniques d’un prédicateur à de jeunes mamans.


 La vocation des familles à la sainteté

La dévotion à la Sainte Famille représente pour nous, simples familles de la terre, à la fois le plus haut portique de la sainteté et une étonnante simplicité d’accès :

on dirait que la Très Sainte Trinité a voulu adoucir la lumière aveuglante de sa transcendance pour nous donner une image terrestre de la charité divine, livrée à l’uniformité grise du quotidien, sans grand incident et sans éclats ; humble résumé des joies et des peines que connaîtront les familles chrétiennes jusqu’à la fin des temps.

Notre modèle : la vie à Nazareth

Un amour s’exprimant jour après jour avec des moyens humains et familiers, mais d’une suprême qualité intérieure : le moindre geste de cette famille d’artisans besogneux avait, aux regards des anges, la valeur d’une action liturgique capable de faire pâlir les beautés de la terre.

Ayons confiance dans la puissance d’attraction du modèle : c’est à Nazareth qu’il faut puiser la force d’atteindre Nazareth.
Cette imitation des mœurs divines est nécessaire pour ne pas sombrer dans des mœurs indignes de notre grâce baptismale …

La mère de famille, maîtresse de la maison

Alors qu’un père de famille sera, dans sa profession, presque toujours soumis à quelqu’un d’autre, auquel il devra rendre compte, en revanche, une mère de famille est douée de prérogatives inouïes, faisant d’elle la maîtresse de ce royaume appelé « la maison » (de mansio, la demeure) et qui a pour fin de maintenir un certain ordre des choses sans cesse menacé : nous ne sommes pas des conservateurs, mais des mainteneurs.

Dans cette perspective qui est celle du déclin et de la renaissance des civilisations, tout est suspendu à la sainteté de la famille…

Notre-Dame, modèle des mères chrétiennes

La Très Sainte Vierge est le modèle par excellence de toutes les mères chrétiennes :
puisez à pleine main dans les mystères de sa vie à Nazareth les grâces nécessaires à l’accomplissement journalier de votre devoir d’état, au sein d’une existence laborieuse, enjouée et vigilante, où vous avez à maintenir en paix votre petit royaume.
A son exemple, vous remplirez alors votre mission d’éducatrices, faite d’exigence et de ferme bonté.

Priez Marie de Nazareth, dont l’existence pendant trente ans fut, comme la vôtre, semée de toutes sortes de joies et d’inquiétudes familiales.
Elle avait pour mission unique de tenir chaque jour une maison qui abritait le trésor infiniment précieux du Fils de Dieu ; vous avez pour mission unique, au milieu d’un monde redevenu païen, de tenir une maison qui abrite le trésor infiniment précieux d’une famille chrétienne.

Ayez confiance dans l’intercession très particulière de saint Joseph, chef de la sainte Famille.

Confiance dans la Providence

Que la confiance de nos familles en la sainte Providence nous permette de faire de nos familles de petits « fortins » ; ou mieux, des maisons de prière et de charité, à la fois accueillantes et douées de remparts, où viendront se briser l’esprit du monde et de malice ; tandis que de pauvres hommes, déçus par ses promesses fallacieuses, découvriront sous votre toit, dans un émerveillement grandissant, le vrai sens de la vie.

(Conseils d’un prédicateur, moine bénédictin, à de jeunes mamans)


Confions-nous, nous et nos familles, à saint Joseph

Saint Joseph n’a pas été, par génération, père de Jésus-Christ, mais il a droit à ce titre de père, parce qu’il fut l’époux véritable de la Bienheureuse Vierge Marie, et qu’il a rempli envers son Fils les droits et les devoirs du père, car il était le chef de cette famille directement constituée pour recevoir, protéger et nourrir le Christ.

Prières de confiance en la Providence

Jette ton souci dans le Seigneur, et Lui-même te soutiendra ;
Il ne laissera pas toujours chanceler le juste. (Ps 54, 23)

Ne vous inquiétez pas pour votre vie, de ce que vous mangerez,
ni pour votre corps, de quoi vous le vêtirez.
La vie est plus que la nourriture, et le corps plus que le vêtement …
Ne vous tourmentez pas. Car ce sont là choses dont les païens de ce monde se préoccupent,
mais votre Père sait que vous en avez besoin… (Lc 12, 22-34)

Cherchez d’abord le royaume et sa justice, et tout cela vous sera donné par surcroît.
Ne vous inquiétez donc pas du lendemain : le lendemain aura souci de lui-même.
A chaque jour suffit sa peine. (Mt 6, 25-34)