CD/05 – ÉVANGILE POUR LA FÊTE DE LA SAINTE FAMILLE

En partant du dessin, expliquer cet évangile aux enfants pour les en faire vivre.

Récit (Lc 2, 41-52)

Chaque année, les parents de Jésus allaient à Jérusalem pour la fête de la Pâque.
Quand il eut douze ans, ils firent le pèlerinage suivant la coutume.
Comme ils s’en retournaient à la fin de la semaine, le jeune Jésus resta à Jérusalem sans que ses parents s’en aperçoivent.
Pensant qu’il était avec leurs compagnons de route, ils firent une journée de chemin avant de le chercher parmi leurs parents et connaissances.
Ne le trouvant pas, ils revinrent à Jérusalem en continuant à le chercher.
C’est au bout de trois jours qu’ils le trouvèrent dans le Temple, assis au milieu des docteurs de la Loi : il les écoutait et leur posait des questions,
et tous ceux qui l’entendaient s’extasiaient sur son intelligence et sur ses réponses.
En le voyant, ses parents furent stupéfaits, et sa mère lui dit : « Mon enfant, pourquoi nous as-tu fait cela ? Vois comme nous avons souffert en te cherchant, ton père et moi ! »
Il leur dit : « Comment se fait-il que vous m’ayez cherché ? Ne le saviez-vous pas ? C’est chez mon Père que je dois être. »
Mais ils ne comprirent pas ce qu’il leur disait.
Il descendit avec eux pour rentrer à Nazareth, et il leur était soumis. Sa mère gardait dans son cœur tous ces événements.
Quant à Jésus, il grandissait en sagesse, en taille et en grâce, sous le regard de Dieu et des hommes.


Faire remarquer sur le dessin…

Pour Jésus, qui a 12 ans, c’est son premier pèlerinage « officiel » à Jérusalem. Il est assis parmi les docteurs de la Loi, dans le Temple : l’évangile dit qu’il les écoutait et leur posait des questions.
C’est là que, après trois jours de recherche, ses parents le retrouvent…
Leur attitude exprime bien ce qu’a été leur anxiété : Marie tend les bras en avant vers son Fils, heureuse de le retrouver enfin, mais son geste traduit toute l’inquiétude par laquelle elle est passée ; saint Joseph, lui aussi, est soulagé, mais son regard exprime un réel étonnement.
D’où la question de la sainte Vierge : « Mon enfant, pourquoi nous as-tu fait cela ?… « 

 


Vérités à transmettre

Cet évangile illustre la double nature de la personne de Jésus : vrai Dieu et vrai homme.

Vrai Dieu :
– Même enfant, Jésus est la Parole de Dieu, la Sagesse, le Verbe incarné. Ici, il sort de sa condition d’enfant : à l’insu de ses parents, Il reste au Temple pour parler avec les docteurs de la Loi (des gens très savants). Et « tous ceux qui l’entendaient s’extasiaient sur son intelligence et sur ses réponses. »

– Sa réponse au cri d’inquiétude de sa Mère, rappelle aussi son état de Fils de Dieu :« Ne le saviez-vous pas ? C’est chez mon Père que je dois être. » La réaction tout humaine (et bien compréhensible) de Joseph et Marie montre que, là, ils sont « dépassés » : « Mais ils ne comprirent pas ce qu’il leur disait. »

Vrai homme :
Après ce pèlerinage, Jésus retrouve sa place humaine, celle d’un enfant au sein de sa famille, soumis à ses parents : « Il descendit avec eux pour rentrer à Nazareth, et il leur était soumis. »

Attitudes d’âme à faire partager

Adoration de Jésus dans tous les états de sa vie d’homme : bébé, enfant, vie cachée, vie publique…

Prendre modèle sur Jésus qui grandissait en sagesse, en taille et en grâce, sous le regard de Dieu…

Et de même que Jésus est le modèle des enfants, la Sainte Famille est le modèle pour toutes les familles chrétiennes : exemple de bonne entente, d’amour fraternel, de patience… et de confiance en la Providence.


Pour prier

Faites disparaître de votre vie tout ce qui est rouspétance, énervement, colère,
éclats de voix ou insultes, ainsi que toute espèce de méchanceté.
Soyez entre vous pleins de générosité et de tendresse.
Pardonnez-vous comme Dieu vous a pardonné dans le Christ. (Ep 4, 29-32)