CD/10- ÉVANGILE POUR LE 4° DIMANCHE DU T.O.

En partant du dessin, expliquer cet évangile aux enfants pour les en faire vivre.

Récit (Lc 4, 21-30)

Alors il se mit à leur dire : « Cette parole de l’Écriture, que vous venez d’entendre, c’est aujourd’hui qu’elle s’accomplit. »
Tous lui rendaient témoignage ; et ils s’étonnaient du message de grâce qui sortait de sa bouche. Ils se demandaient : « N’est-ce pas là le fils de Joseph ? »
Mais il leur dit : « Sûrement vous allez me citer le dicton : ‘Médecin, guéris-toi toi-même. Nous avons appris tout ce qui s’est passé à Capharnaüm : fais donc de même ici dans ton pays !’ »
Puis il ajouta : « Amen, je vous le dis : aucun prophète n’est bien accueilli dans son pays.
En toute vérité, je vous le déclare : au temps du prophète Élie, lorsque la sécheresse et la famine ont sévi pendant trois ans et demi, il y avait beaucoup de veuves en Israël ;
pourtant Élie n’a été envoyé vers aucune d’entre elles, mais bien à une veuve étrangère, de la ville de Sarepta, dans le pays de Sidon.
Au temps du prophète Élisée, il y avait beaucoup de lépreux en Israël ; pourtant aucun d’eux n’a été purifié, mais bien Naaman, un Syrien. »
A ces mots, dans la synagogue, tous devinrent furieux.
Ils se levèrent, poussèrent Jésus hors de la ville, et le menèrent jusqu’à un escarpement de la colline où la ville est construite, pour le précipiter en bas.
Mais lui, passant au milieu d’eux, allait son chemin.


Cet évangile est la suite de celui de dimanche dernier où Jésus, après la lecture de la prophétie d’Isaïe, se présente comme Celui qu’annonce cette prophétie. Aussitôt Il se heurte à une incompréhension, un doute chez ses auditeurs : Le connaissant depuis son enfance – « N’est-ce pas là le fils de Joseph ? » – ils ne peuvent admettre que ce soit Lui, le Sauveur que le monde attend. Ils manquent de foi.
Jésus leur donne alors deux exemples pour leur montrer « qu’aucun prophète n’est bien accueilli dans son pays ».
Leur orgueil est vexé ! Et l’intérêt qu’ils avaient manifesté au début se transforme aussitôt en dépit et en fureur…

Faire remarquer sur le dessin…

Jésus avance calmement le long d’un précipice, le regard profond, serein, suivi de quatre hommes furieux, le poing levé, qui veulent le précipiter en bas. Mais Lui, « passant au milieu d’eux, allait son chemin… »

Vérités à transmettre

« Passant au milieu d’eux, il allait son chemin… » Jésus reste maître de la situation : parce qu’Il est Dieu et que « son heure n’est pas encore venue » (l’heure de mourir). Ce n’est pas la haine de ces quelques hommes qui va modifier le plan de Dieu. Ils ne peuvent rien contre Lui, s’Il ne le veut pas.

Pour l’instant, c’est pour Jésus l’heure d’annoncer que le royaume de Dieu est proche et d’accomplir sa mission de salut.
Mais plus tard, à l’heure de sa Passion, Il ne se dérobera pas. Parce que, alors, son heure sera venue.

Attitudes d’âme à faire partager

Adorer Jésus dans toutes les circonstances de sa vie terrestre : même sur la Croix, sa divinité transparaît toujours, d’une façon ou d’une autre : ici à travers son calme et sa sérénité en face de la haine de ses adversaires.

Imiter Jésus : dans sa douceur, Il est plus puissant que les méchants avec leur violence.
Demandons-Lui, au moment des disputes, la grâce de la patience, du silence (savoir se taire !), de la douceur.


Pour prier

Ne rends à personne le mal pour le mal… Ne te venge pas toi-même…
Ne te laisse pas vaincre par le mal, mais soit vainqueur du mal par le bien. (Rm 12, 17. 21)

Faites disparaître de votre vie tout ce qui est rouspétance, énervement, colère,
éclats de voix ou insultes, ainsi que toute espèce de méchanceté.
Soyez entre vous pleins de générosité et de tendresse.
Pardonnez-vous comme Dieu vous a pardonné dans le Christ. (Ep 4, 31-32)