CD/40 – ÉVANGILE POUR LE 19° DIMANCHE DU T.O.

En partant du dessin, expliquer cet évangile aux enfants pour les en faire vivre.

Récit (Lc 12, 32-48)

Jésus disait à ses disciples :
Sois sans crainte, petit troupeau, car votre Père a trouvé bon de vous donner le Royaume.
Vendez ce que vous avez et donnez-le en aumône. Faites-vous une bourse qui ne s’use pas, un trésor inépuisable dans les cieux, là où le voleur n’approche pas, où la mite ne ronge pas.
Car là où est votre trésor, là aussi sera votre cœur.
Restez en tenue de service, et gardez vos lampes allumées.
Soyez comme des gens qui attendent leur maître à son retour des noces, pour lui ouvrir dès qu’il arrivera et frappera à la porte.
Heureux les serviteurs que le maître, à son arrivée, trouvera en train de veiller. Amen, je vous le dis : il prendra la tenue de service, les fera passer à table et les servira chacun à son tour.
S’il revient vers minuit ou plus tard encore et qu’il les trouve ainsi, heureux sont-ils !
Vous le savez bien : si le maître de maison connaissait l’heure où le voleur doit venir, il ne laisserait pas percer le mur de sa maison.
Vous aussi, tenez-vous prêts : c’est à l’heure où vous n’y penserez pas que le Fils de l’homme viendra. »
Pierre dit alors : « Seigneur, cette parabole s’adresse-t-elle à nous, ou à tout le monde ? »
Le Seigneur répond : « Quel est donc l’intendant fidèle et sensé à qui le maître confiera la charge de ses domestiques pour leur donner, en temps voulu, leur part de blé ?
Vraiment, je vous le déclare : il lui confiera la charge de tous ses biens.
Mais si le même serviteur se dit : ‘Mon maître tarde à venir’, et s’il se met à frapper serviteurs et servantes, à manger, à boire et à s’enivrer,
son maître viendra le jour où il ne l’attend pas et à l’heure qu’il n’a pas prévue ; il se séparera de lui et le mettra parmi les infidèles.
Le serviteur qui, connaissant la volonté de son maître, n’a pourtant rien préparé, ni accompli cette volonté, recevra un grand nombre de coups.
Mais celui qui ne la connaissait pas, et qui a mérité des coups pour sa conduite, n’en recevra qu’un petit nombre. A qui l’on a beaucoup donné, on demandera beaucoup ; à qui l’on a beaucoup confié, on réclamera davantage.


Faire remarquer sur le dessin…

Un homme revient chez lui après une longue absence : on le devine à la longueur du chemin qu’il vient de parcourir. Il va ouvrir la porte… et il compte bien trouver ses serviteurs en train de l’attendre pour lui servir son repas dès qu’il rentrera.
Mais les serviteurs ne savent pas à quelle heure le maître rentrera : on le voit aux quatre pendules marquant les différentes heures de la nuit…
A force d’attendre, l’un s’est endormi ; mais l’autre continue de veiller pour attendre son maître.
Lequel des deux a été fidèle aux ordres de son maître et a bien fait sa volonté ?


Vérités à transmettre

« Vous aussi, tenez-vous prêts : c’est à l’heure où vous n’y penserez pas que le Fils de l’homme viendra. »

La grande leçon de cette parabole, c’est d’être toujours « prêt » à paraître devant Dieu, dès qu’Il nous appellera, c’est-à-dire quand finira notre vie sur cette terre. On ne sait jamais quand Dieu nous appellera. Donc il faut toujours « se tenir prêt ». » Etre prêt », cela veut dire : être en état de grâce.

Etre en état de grâce, c’est être dans l’amitié de Dieu : c’est l’âme purifiée de tout mal par la grâce du baptême, mais aussi la pureté retrouvée par le sacrement du pardon, lorsque Dieu a « jeté derrière lui tous nos péchés » (Is 38, 17), après que nous Lui ayons demandé pardon.
Il faut donc veiller à ne pas perdre cet état de grâce, mais le garder précieusement comme notre plus grand trésor : « car là où est votre trésor, là aussi sera votre cœur. » (v. 34)

Attitudes d’âme à faire partager

Se préparer au retour du Seigneur en faisant toujours bien sa volonté.
Désirer ce retour : enfin nous verrons Jésus ! Si nous avons tout fait pour Lui ressembler, Il nous prendra près de Lui.


Pour prier

Voici que je me tiens à la porte et je frappe.
Si quelqu’un entend ma voix et ouvre la porte,
j’entrerai chez lui et je prendrai le repas avec lui et lui avec moi. (Ap 3, 20)