31 – AVEC NOS ENFANTS : L’AVANT ET L’APRÈS DE LA VEILLÉE PASCALE (pédagogie)

Nous l’avons déjà dit : on ne termine jamais un récit sur la Passion et le Crucifiement sans évoquer la Résurrection .
La Croix débouche sur la Joie.
Le Carême débouche sur la fête de Pâques.
Cela donne à cette journée du Samedi Saint une physionomie très particulière.


Recueillement

Certes, elle doit rester une journée de recueillement : le Seigneur Jésus est au tombeau. Par la récitation du chapelet, gardons notre cœur uni à celui de Notre Dame.

Préparatifs du lendemain

Mais en même temps, c’est le moment des préparatifs pour la grande fête du lendemain, le jour de Pâques. On prépare les friandises, notamment les traditionnels œufs de Pâques – en chocolat ou, encore mieux, des vrais que l’on a peints – que l’on ira cacher le lendemain, dans le jardin ou dans la maison, avant que les enfants aient la joie d’aller les chercher…
On prépare aussi diverses décorations et un bref réveillon pour le retour de la veillée pascale.

Si nous les emmenons à la Veillée pascale, il sera bon de prendre un moment dans la journée pour les y préparer, en particulier à la rénovation des promesses de leur baptême où, à partir de 6 ou 7 ans, ils pourront s’engager personnellement.

Veillée pascale

Le soir arrive. Le meilleur moyen de communiquer à nos enfants cette joie pascale et de les en faire vivre sera, autant que possible, de les emmener à la Veillée pascale, au moins les plus grands.
Cette liturgie est splendide et parle d’elle-même : il suffit que nos enfants soient au premier rang, surtout pour la partie extérieure (feu nouveau, préparation et bénédiction du Cierge…) et pour l’entrée dans l’église et l’illumination générale. Après, peut-être s’endormiront-ils pendant les lectures ? Peu importe. Le moment venu, nous les associerons à la rénovation des promesses de leur baptême.
D’année en année, cette liturgie unique dans l’année les imprégnera et fortifiera leur foi.

S’il ne nous est pas possible d’aller à cette Veillée, du moins pouvons-nous intégrer, à la prière du soir familiale, ce renouvellement des promesses de notre baptême, chacun tenant un petit cierge, en remerciant le Seigneur de cette très grande grâce qui a été faite alors. (Si l’on a les cierges de baptême de nos enfants, c’est encore mieux…)


La tradition des « œufs de Pâques »

Elle vient à la fois :
– du fait que l’œuf est un merveilleux symbole de vie et de renaissance,
– et que l’on retrouvait avec joie l’usage des œufs, jadis aussi supprimé pendant le Carême.