AF/02 – ÉVANGILE POUR LA FÊTE DE NOËL

En partant du dessin, expliquer cet évangile aux enfants pour les en faire vivre.

Récit (Lc 2, 15-20. Évangile de la messe de l’aurore)

Lorsque les anges eurent quitté les bergers pour le ciel, ceux-ci se disaient entre eux : « Allons jusqu’à Bethléem pour voir ce qui est arrivé, et que le Seigneur nous a fait connaître. »
Ils se hâtèrent d’y aller, et ils découvrirent Marie et Joseph, avec le nouveau-né couché dans la mangeoire.
Après l’avoir vu, ils racontèrent ce qui leur avait été annoncé au sujet de cet enfant.
Et tout le monde s’étonnait de ce que racontaient les bergers.
Marie, cependant, retenait tous ces événements et les méditait dans son cœur.
Les bergers repartirent ; ils glorifiaient et louaient Dieu pour tout ce qu’ils avaient entendu et vu selon ce qui leur avait été annoncé.


Faire remarquer sur le dessin…

Marie tient dans ses bras son Enfant nouveau-né, et Joseph se tient debout près d’elle.
Des bergers, à qui les anges ont annoncé la naissance du Sauveur, arrivent à la crèche. Venus avec leurs moutons, ils ont déposé, aux pieds de la Sainte Vierge, un panier rempli de pains et de fromages, ainsi qu’une cruche et quelques pots.

Comme les anges l’avaient dit, le petit Enfant Jésus est emmailloté de langes : en le voyant, les bergers sont remplis de joie ; l’un d’eux se met à genoux pour l’adorer.


Vérités à transmettre

La fête de Noël nous met en face d’un grand mystère de la foi chrétienne, le mystère de l’Incarnation, mystère du Fils de Dieu fait homme : nous croyons que Jésus est vrai Dieu et vrai homme,
et qu’Il est le Sauveur envoyé par Dieu pour sauver tous les hommes qui croiront en Lui.

Ce nouveau-né que nous contemplons dans la crèche, c’est Dieu uni à la nature humaine, dans ce qu’elle a de plus fragile, de plus aimable, de plus doux, de plus faible, de plus humble… Ainsi nous ne sommes pas éblouis par la lumière divine, nous nous approchons de Lui en toute confiance.

Mais ce petit enfant est Dieu : nous reconnaissons en Lui le Dieu trois fois Saint et nous nous prosternons pour L’adorer, nous nous faisons tout petits devant Lui.

Attitudes d’âme à faire partager

Adoration : sous l’apparence d’un petit enfant, c’est le Fils de Dieu fait homme que nous adorons.
Joie de la venue du Sauveur : il vient nous rouvrir la porte du ciel. Pour cela, il va nous apprendre à nous détacher du mal et à nous attacher au bien.
Action de grâces pour tous ces dons merveilleux que Dieu nous fait.


Pour prier

Dieu tout-puissant, en ton Verbe fait chair une lumière nouvelle nous envahit :
puisqu’elle éclaire déjà nos cœurs par la foi,
Fais qu’elle resplendisse dans toute notre vie. (Prière d’ouverture, messe de l’aurore)

Père, Toi qui as merveilleusement créé l’homme
et plus merveilleusement encore rétabli sa dignité,
fais-nous participer à la divinité de ton Fils, puisqu’il a voulu prendre notre humanité.
(Prière d’ouverture, messe du jour)

Il est né, le Divin Enfant : jouez hautbois, résonnez musettes !
Il est né, le Divin Enfant : chantons tous son avènement.