41 – PREMIER ENSEIGNEMENT SUR LE MYSTÈRE (pédagogie)

Plan de ce document :
1 – Avant 6 ans, de simples affirmations.
2 – À partir de 6 ans, pour une première approche du mystère : une image concrète
3 – Qu’est ce qu’un mystère ?
4 – Les principaux mystères de la foi.


Avant que les enfants soient en âge de recevoir un tout premier « enseignement » sur ‘le mystère’ en général, et les principaux mystères de la foi chrétienne, leur toute première formation sur « le sens du mystère » restera de l’ordre spirituel, de la vie de prière.

Le premier mode de connaissance pour les petits, en effet, est celui de l’intuition et non pas du raisonnement (qui ne viendra que plus tard, aux abords de l’âge de raison). Nous nous attacherons donc essentiellement à donner aux tout-petits ce sens du mystère, à les en faire « vivre ».

Cette première formation, d’ordre spirituel, est traitée dans Donner très tôt aux enfant le sens du mystère.

Mais, parallèlement, ce serait mal connaître ces petits, et bien mal les servir, que de laisser ces toutes premières années de l’enfance sans leur apporter une première formation catéchétique familiale, qui viendra très vite enrichir leur prière.

1 – Avant 6 ans : de simples affirmations…

Avant l’âge de raison, l’enfant a tout naturellement le sens du mystère, il vit de plain-pied dans le mystère. Pour un tout-petit, tout est « mystère », déjà, sur le plan naturel…

Pour pouvoir « vivre » des mystères de la foi, il n’a pas besoin d’explications qui le dépasseraient, mais d’AFFIRMATIONS simples, claires, précises, qu’il accepte en toute confiance : Il est facile alors de lui parler de ce qui est mystère comme d’une réalité qui nous dépasse (et autant les grandes personnes que les enfants !).

Mais, d’autre part, que ces affirmations soient accompagnées de l’ATTITUDE appropriée.

« L’enfant comprend en bougeant. » (Montessori)

Par exemple, pour le temps de Noël :

1) une affirmation : « Ce petit enfant que nous voyons couché sur la paille, c’est Jésus, le Fils de Dieu, Il est Dieu, le Roi du Ciel et de la terre… Adorons-Le. »

2) accompagnée de l’attitude appropriée : une génuflexion, pour exprimer l’adoration.

Les mots « adorer », « adoration », seront compris d’abord à partir du GESTE d’adoration : « se faire tout petit devant Dieu qui est grand« .

Cela suffit pour l’instant ; cette connaissance « intuitive« , toute en profondeur, prépare pour plus tard (après 8 ans) la connaissance « notionnelle » qui nourrira leur intelligence. Là, les explications deviendront nécessaires.

2 – A partir de 6 ans, pour une première approche du mystère :
une image concrète

Pour cette première initiation, pour mettre cette notion du mystère à la portée des enfants, une petite séance de travaux pratiques permettra de concrétiser une notion en elle-même abstraite :

Cette comparaison est tirée de la MICHE DE PAIN (2° année = 6 ans), excellent livre de catéchisme pour les petits (éditions ELOR)

1ère image :

Le petit Paul a mis sur la table le grand verre de son papa, rempli d’eau. Il a mis aussi un tout petit verre, et il veut maintenant verser toute l’eau du grand verre dans le petit. Que se passe-t-il ?
L’eau déborde du petit verre ! (Faites l’expérience avec vos enfants, vous aurez beaucoup de succès ! Mais pensez d’abord à mettre une toile cirée !)

La maman entre : « Mais Paul, qu’est-ce que tu fais ? »
Paul est tout décontenancé : il voulait mettre toute l’eau du grand verre dans le petit.
Sa maman, (passé le premier mouvement d’énervement) va lui expliquer que ce n’est pas possible, que l’eau débordera toujours, que le petit verre est trop petit…

2ème image :

elle est partagée en 2 :

à gauche, le grand verre et le petit verre ;

à droite, le Bon Dieu dans le Ciel, très grand et plein de lumière et, sur la terre, les hommes, tout petits.

Commentaire : LE BON DIEU EST GRAND et les hommes sont petits.

L’esprit des hommes ne peut pas contenir tout ce qui est dans l’esprit de Dieu : l’esprit des hommes est trop petit. Il y a des choses que nous ne pouvons pas comprendre, parce que nous ne sommes pas le Bon Dieu : il n’y a que Dieu qui peut tout comprendre.

Ce qu’on ne peut pas entièrement comprendre, mais qui est vrai, cela s’appelle un MYSTÈRE.

Nous répétons avec l’enfant :

Un mystère, c’est ce qu’on ne peut pas entièrement comprendre, mais qui est VRAI.

La Miche de Pain continue :

Il n’y a pas seulement dans le catéchisme qu’il y a des mystères ; il y en a aussi dans la nature.
Et cette nouvelle page détaille la croissance d’un grain de blé… en reprenant pour terminer : « Pouvons-nous comprendre que ce bel épi de blé soit sorti d’un petit grain de blé qui a pourri ? Non, nous ne pouvons pas le comprendre : c’est un mystère.

On peut aussi prendre d’autres exemples, comme la marée : pourquoi la mer monte-t-elle et descend-elle toujours aussi régulièrement ? On peut le constater, mais on ne peut pas dire pourquoi

Un mystère, c’est ce qu’on ne peut pas entièrement comprendre, mais qui est VRAI.

3 – Qu’est-ce qu’un « mystère » ?

Un mystère, ce mot veut dire une chose sacrée, une chose cachée : « un SECRET« . Un « secret de Dieu ».

C’est une VÉRITÉ de Dieu qui dépasse ce que nous pouvons comprendre, qui est trop grande pour notre raison, notre intelligence. Elle dépasse notre raison, mais elle n’est pas contraire à la raison.

Et même si nous ne pouvons pas la comprendre complètement, cette vérité sur Dieu, nous y croyons parce que c’est Jésus qui nous l’a dit.
Et comme Il a dit aussi :« Je suis la Vérité » (Jn 14, 6), nous sommes sûrs qu’Il ne peut pas se tromper, et qu’Il ne va pas non plus nous tromper.

Accepter le mystère, c’est faire un acte de FOI, de confiance en la parole de Dieu.

4 – Les trois principaux mystères de la foi

Après avoir ainsi tracé les grandes lignes de la première formation au sens du mystère, et après nous être assurés que l’enfant a bien compris cette première notion, nous pourrons désormais introduire un enseignement direct sur chacun des trois grands mystères de la foi chrétienne :

la Sainte Trinité – l’Incarnation – la Rédemption…

Mais surtout pas tous ensemble ! Chacun séparément, suivant les occasions du temps liturgique.

L’ensemble de ces vérités révélées par Dieu et que nous devons croire est contenu dans le CREDO, résumé de la foi catholique. Nous y trouvons les trois principaux mystères de la foi :

1/ La Sainte Trinité, mystère « d’un seul Dieu en trois Personnes » : le Père, le Fils et le Saint-Esprit.
Nous affirmons cette vérité chaque fois que nous faisons le signe de Croix.

2/ L’Incarnation, mystère de « Dieu fait homme » : c’est le mystère de Noël.

Si Dieu le Fils, deuxième Personne de la Sainte Trinité, est venu sur terre et s’est fait homme, c’est pour sauver les hommes. Le nom de « Jésus » signifie « Sauveur ».

3/ Le mystère de la Rédemption : Jésus meurt sur la croix pour sauver tous les hommes.