32 – QUELLES PRIÈRES CHOISIR CE SOIR ? (conseils pratiques)

Pour éviter la routine dans la prière familiale… valoriser les textes de la Sainte Écriture, de la Parole de Dieu, qui agit avec puissance et directement dans l’âme.


Beaucoup de familles sont désireuses, à très juste titre, de renouveler de temps à autre la prière familiale : il est important en effet de varier, pour éviter la routine, déjà, mais aussi pour ajuster la prière à l’esprit du temps liturgique où l’on se trouve.

Mais les parents n’ont pas toujours le temps de chercher eux-mêmes de nouveaux textes de prière, en correspondance avec la période du temps liturgique où l’on se trouve.

Une bonne formule consiste à confier cette préparation de la prière à l’un des enfants, parmi les aînés, dès qu’ils ont 8 ou 10 ans (selon les cas…) : cela comporte beaucoup d’avantages, notamment celui de les motiver, surtout lorsqu’ils arrivent à l’adolescence, mais aussi de personnaliser cette prière familiale. Chacun pouvant le faire à tour de rôle.

Les textes qui vous sont proposés sur ce site sont, pour la plupart, tirés de la liturgie (messe ou liturgie des Heures).

Pour chaque étape du temps liturgique, ces prières sont classées par thèmes ou attitudes d’âme : adoration, confiance, contrition, etc. Sur un même thème, vous trouverez plusieurs textes, ce qui vous permet de choisir, en fonction de l’âge des enfants, de vos préférences, de votre situation personnelle, etc. Cela permet aussi de varier le contenu de la prière.

Vous pouvez aussi trouver beaucoup d’idées dans votre missel ou le missel mensuel MAGNIFICAT ou PRIONS EN ÉGLISE, en particulier pour tout ce qui est prière d’intercession.

Pour les petits

Les formulations enfantines doivent rester très temporaires, et surtout ne jamais tomber dans l’infantilisme ou la mièvrerie.

Pour des moins de 3 ans, ce qui importe surtout, c’est que la prière soit courte. Courte, mais belle : elle est destinée à élever d’emblée le petit (tout comme nous-mêmes) vers Quelqu’un qui le dépasse. Les petits on un sens inné de la transcendance. Cela doit transparaître dans leur prière. Non seulement, ils en sont capables, mais ils aiment les formules sacrées.

Aussi, il n’y a pas à hésiter à les introduire très tôt – dès 3 ou 4 ans – dans la prière des psaumes ou d’autres textes de la Sainte Écriture.

Ces textes sacrés, en effet, sont porteurs, en eux-mêmes, de la force divine et, par la puissance de l’Esprit-Saint, ils agissent directement dans l’âme… quel que soit l’âge. A ce titre, ils sont irremplaçables. Pourquoi donc ne seraient-ils pas accessibles aux tout-petits ? Laissons donc agir la grâce dans l’âme de nos petits, à travers la Parole divine.

Mais il nous revient de « doser », quant au choix du texte et à sa longueur : on sélectionnera un ou deux versets seulement des psaumes proposés.

Faites-en d’abord votre propre prière : vous sentirez ensuite ce qui conviendra le mieux soit pour la prière familiale, soit pour l’un ou l’autre de vos enfants, suivant l’âge et la maturité.

« En dehors des prières traditionnelles qui peu à peu deviendront la charpente de la prière quotidienne de l’enfant aux approches de l’âge de raison, il est bon d’introduire très tôt dans l’éducation religieuse du tout-petit la prière biblique.
Celui-ci prie aisément à l’aide de quelques versets de psaumes judicieusement choisis. Il en aime la forme belle et poétique. Pour Dieu, rien n’est jamais trop beau ; il le sait parfaitement.
Cette parole divine agira dans son âme : l’Esprit -Saint est le seul maître intérieur dans ce cheminement de la vraie prière. »
(J.-M. DINGEON. Père et mère à l’image de Dieu)

Une seule phrase suffira, au début, pour nourrir la prière d’un petit de 3 ou 4 ans.

N’ayons pas peur de la répéter, plusieurs jours de suite, jusqu’à ce que l’enfant la sache par cœur : il est à un âge qui enregistre tout. Profitons de cette capacité pour lui faire « enregistrer » le divin.

Lorsqu’il aura bien assimilé un verset, vous pourrez continuer avec le verset suivant, ou lui proposer un autre psaume, selon les circonstances.